https://journees.causefreudienne.org/citation-3/

Citation #3

« Écoutons-le [l’analysé] : entendons ce « je » mal assuré, dès qu’il lui faut se tenir à la tête des verbes par où il est censé faire plus que se reconnaître dans une réalité confuse, par où il a à faire reconnaître son désir en l’assumant dans son identité : j’aime, je veux. Comment se fait-il qu’il tremble plus en ce pas qu’en aucun autre ».

Lacan J., Autres écrits, Paris, Seuil, 2001, p. 137.