https://journees.causefreudienne.org/identite-vs-identifications/

Identité VS Identifications

Nous avons en commun, dit Freud, la tendance à ne pas laisser subsister le hasard comme tel, mais à l’interpréter[1]. Comment déchiffrons-nous aujourd’hui ce qui nous tombe dessus ? Toujours par des interprétations mais susceptibles d’éliminer le ratage, d’annuler l’aléa[2].

De quelle autorité se recommande ce je dis pour donner quelque consistance à un je suis ? Sans doute de celle qu’assurent des identifications en tous genres. De mon caprice par quoi se signe ma résistance. De ce trait qui me rend à nul autre pareil ou encore de cette image par laquelle je m’homogénéise à un groupe. Toutefois, il en est une qui, davantage que toute autre, domine : se nommer soi-même, faire preuve d’auto-nomie. Ça n’est pas là recourir au signifiant dans sa fonction de signification mais user du dire comme court-circuit du nom propre. Le rapport symptomatique au langage n’est plus de désigner mais d’accomplir l’évènement, de le réaliser, en se mettant à l’abri du contingent. Auto-détermination.

Quelles en sont les incidences pour l’inconscient ?

Ses ratés se rapportent à diverses façons de nier. La dénégation affirme au nom de la vérité. Le déniconteste le rapport de la vérité à la parole. La forclusion, disparition radicale, ordonne un retour illisible pour le sujet. Par l’auto-nomination et l’auto-détermination du choix, une manifestation renouvelée du déni se fait jour. Avec, comme lien de jouissance, le cynisme, lequel consiste avant tout à mettre l’autre à sa solde. Et alors !


[1] Freud S., Psychopathologie de la vie quotidienne, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 1969, p. 276.
[2] Cf. Lecoeur B., « Ratage », La Cause du désir, n° 91, novembre 2015, p. 76.