AccueilAXES CLINIQUESInterprétation et psychose

Interprétation et psychose

image_pdfTéléchargerimage_printImprimer

Manœuvrer n’est pas interpréter

Une copulation inentamable entre Imaginaire et Symbolique cloue cette femme au lit. Dès qu’elle est en vacances, elle ne parvient pas à se lever ; dès qu’elle rentre chez elle, elle se couche. Ce qui cependant fait symptôme n’est pas abordable par l’interprétation. Les associations à des traits de la mère qui marchait avec lenteur et pouvait rester des jours dans son lit, à l’isolement de la famille en lien avec le sentiment de persécution du père, ne font qu’alimenter la jouissance mortifère, inentamable. Ici, l’inconscient ne se met pas en mouvement, ne délivre pas de traces. Comment prendre en défaut le vocatif qui met le sujet, sans couverture, à la place de l’ordure ? Jouer la partie analytique revient à bien viser, surprendre ; une position qui implique de se proposer, côté analyste, comme étant interpellé.

« Je suis restée couchée » rapporte une nouvelle fois l’analysante en séance. « C’est christique ! » rétorque l’analyste. « Mais je suis laïque ! », s’exclame l’enseignante qui se réveille d’un seul coup. Revient un moment de rencontre avec le réel auquel nous pouvons donner valeur de déclenchement. La petite fille avait six ans : « J’attendais ma mère. Un voisin est venu me dire qu’elle était à l’hôpital, qu’elle était « tombée dans les pommes ». Pomme-pourrie ! »

Quelque chose s’écrit qui permet d’entrevoir que la jouissance qui habite le corps ne se confond pas avec l’universalité. « C’est la phonation qui transmet la fonction propre du nom[1] », dit Lacan qui s’interroge : « À partir de quand est-on fou ?[2] ». Le trognon, « Pomme-pourrie », ne se relie à rien mais d’être atteint dans la cure, il a pu ouvrir à un petit bougé murmuré : « Pompompompomme ! »

L’intrusion de l’écriture, P-O-M, le serrage qu’elle permet, a donné consistance à l’image de la maîtresse d’école résolument laïque, là où le sujet ne peut qu’être misérable, affligé.


[1] Lacan J., Le Séminaire, livre XXIII, Le Sinthome, texte établi par J.-A. Miller, Paris, Seuil, 2005, p. 76.
[2] Ibid., p. 77.

DERNIÈRES PUBLICATIONS

Interview with Agnès Aflalo

Maxime DECOUT

La voix de l’Autre

Coupure et punctum