AccueilAXES CLINIQUESInterprétation et transfert

Interprétation et transfert

image_pdfTéléchargerimage_printImprimer

Tout effet d’interprétation dépend du transfert, de ce phénomène que l’on désigne avec Lacan comme le sujet supposé savoir. On peut même dire qu’il n’y a d’interprétation que sous transfert. En même temps, il faut constater qu’il n’y a surgissement et développement du transfert sans une interprétation qui produise son déchainement. D’où le paradoxe : il n’y a, en fait, interprétation du transfert qui ne soit pas déjà une interprétation dans le transfert. C’est la condition imposée par le fait qu’il n’y a pas de métalangage possible, qu’il n’y a pas d’Autre de l’Autre. Ou bien : « il n’y a pas de transfert du transfert[1] » comme il n’y a pas d’interprétation de l’interprétation. Donc, quelles sont les conditions singulières des effets d’une interprétation dans et sur le transfert ? Nous aurons quelques séquences cliniques pour en débattre.


[1] Lacan J., « L’acte psychanalytique », Autres écrits, Paris, Seuil, 2001, p. 382.

DERNIÈRES PUBLICATIONS

Interview with Agnès Aflalo

Maxime DECOUT

La voix de l’Autre

Coupure et punctum